L’équipe

Chez Yellow réparer un vélo est un travail de bénédictin

Roland :

  • Après une vingtaine d’années à essayer d’améliorer l’environnement des Bruxellois, il se lance dans l’aventure de Yellow Cycle avec son frère et son collègue Nicolas. Parti pour un an de voyage à vélo en Amérique Latine après ses études, le vélo deviendra vite son compagnon de route pour se faufiler à Bruxelles, pour voyager en famille, se salir en VTT ou chercher les crampes sur des cols sans fin… Il peut vous accueillir en espagnol.

 

Nicolas:

  • Notre monsieur « gravel » aime aussi voyager au long cours. Pour lui, ce fut plutôt plein Est avec la Thaïlande, Cambodge et d’autres pays d’Asie. Il a aussi trainé ses chambres à air en Afrique du Nord toujours sur un bon vélo acier. Le méticuleux de l’équipe qui dort presque au magasin. Il peut aussi vous accueillir en roumain.

 

Marianne:

  • Avec quelque années d’expériences dans des magasins de vélo lyonnais elle rejoint le monde du vélo a Bruxelles. Elle parle le « français très mieux que nous » et n’oublie jamais de corriger le notre. Elle aime les belles machines et découvre qu’à Bruxelles on roule tous les jours sur des vélos ou bout du rouleau. Elle peut vous accueillir en français (le vrai,  le bon).
Hélène: 
  • Aussi à l’aise sur un VTT qu’en Gravel et bike packing, elle trouve étrange de placer des garde-boue puisque « sale » rime avec « libre et heureuse ». On ne peut pas vraiment lui donner tord. Si vous adorez les garde-boue allez voir Stéphane c’est son dada. Pour tout le reste elle est parfaite.

Luc:

  • Entre deux sauvetages en hauteur, notre pompier, vient se reposer à Yellow, un magasin de plein pieds, le pieds quoi. Côté atelier son attitude est simple: plus c’est léger, plus c’est compliqué plus il aime. Il peut vous accueillir en urgence sa spécialité. ici en fluo.

Pierre:

  • Le prof, notre intello touche à tout. Il ne s’intéresse qu’aux vieux vélos: plus c’est en bout de vie plus cela stimule son désir de ressusciter vos bécanes. La vie est injuste parce qu’il y a toujours moins de miracles que ce que l’on voudrait. Il peut vous accueillir dans 27 langues mais on a oublié lesquelles.

 

Benjamin:
  • Quand Benjamin n’est pas au volant de très gros transport en commun, il répare le plus léger des moyens de transport individuel. Le vélo. On l’a même vu sur le plus rikiki des vélo belges. Le SUGG. Une preuve qu’il aime les extrêmes.

Stéphane:

  • Le grand frère du premier, attiré par les vélos bizarres et loufoques, il aime trouver des solutions pour les familles qui s’agrandissent et tous les besoins étranges que vous n’auriez même pas osez demander. Mais ne lui parlez pas de mondialisation ni d’achat sur internet ça le rend nerveux. Il croit qu’il parle 3 langues mais… c’est complétement faux.

 

Oslo:

Le dernier arrivé mais… pas le dernier pour nous ralentir dans notre travail. Il peut vous accueillir dans sa langue mais si il aboie il va au coin.